Cette semaine au cinéma, quatre lumières venues de loin

Mantoa (Mary Twala), sorcière, paysane, résistante, dans L’Indomptable feu du printemps. | Arizona Distribution

La Loi de Téhéran, Les Voleurs de chevaux, L’Indomptable Feu du printemps et Les Sorcières de l’Orient, aussi différents soient-ils, traduisent des manières d’assembler avec dynamisme des éléments de natures différentes pour trouver chacun son propre mouvement de cinéma.

Ce sont quatre films qui sortent sur les écrans français ce 28 juillet, quatre films singuliers qui ont en commun d’ouvrir le regard sur des espaces, des comportements, des récits non occidentaux.

Film policier iranien, western des steppes d’Asie centrale, poème flamboyant et combatif du sud de l’Afrique ou documentaire sur une aventure sportive, politique et sociale au Japon, ces films témoignent ensemble de la multiplicité des puissances émotionnelles qu’est capable d’activer le cinéma.

«La Loi de Téhéran» de Saeed Roustayi

Immédiatement projeté dans un environnement de thriller à haute intensité, le spectateur est placé sur une ligne de tension entre reprise (brillante) des codes du film noir et contexte inhabituel pour ce genre de la société iranienne.

Le jeune réalisateur Saeed Roustayi, pour son deuxième film, fait preuve d’une incontestable virtuosité dans l’orchestration de la traque de trafiquants de drogue par un flic habité de ses propres démons et entouré de collègues avec lesquels il entretient des rapports conflictuels (schéma ô combien classique).

 

Le plus important n’est pas que le film soit, aussi, une plongée dans la situation bien réelle d’invasion des quartiers pauvres des grandes villes iraniennes par le trafic et la consommation de crack, avec des scènes très impressionnantes de foules de toxicos traqués par les flics, parqués par centaines dans des lieux de détention de masse.

L’essentiel, qui signe la réussite de La Loi de Téhéran, tient à ce que le ressort dramatique spectaculaire et la description d’un phénomène de société fonctionnent exactement du même élan, que ce soit la même dynamique qui porte les deux dimensions du film.

Celui-ci peut dès lors accepter des personnages et des motivations plus complexes, et démultiplier sa propre énergie grâce à des développements qui ne se laissent enfermer ni dans les seules exigences du genre, ni dans celles de la dénonciation d’un fléau, et des méthodes inadaptées pour y faire face.

«Les Voleurs de chevaux» de Yerlan Nurmukhambetov et Lisa Takeba

Le film a beau être cosigné par un réalisateur kazakh et une réalisatrice japonaise, et avoir dans un de ses principaux rôles un acteur japonais (Mirai Moriyama), il s’agit bien d’un film kazakh, où l’inscription dans les paysages immenses et spectaculaires des steppes est décisive.

Le film s’ouvre sur le ton d’une chronique villageoise et familiale contemporaine, avec d’emblée un sens de l’espace et de la lumière, une poésie du quotidien qui captent l’attention.

La manière à la fois terrifiante et sans apprêt dont surgit une violence que dès lors on saura avoir été omniprésente, à fleur d’apparence, est une authentique réponse de mise en scène à une situation ultra-convenue –le trauma fondateur qui va déclencher l’action.

 

Au-delà, il y aura la mère et le fils, l’étranger venu de nulle part, les chevaux et le vent. Il y aura un très singulier et très vivant mélange de mythologie et de réalisme, un récit initiatique au souffle romanesque aux côtés de personnages qui sont toujours à la fois des archétypes et des présences très physiques, chez qui les gestes, les détails du corps, les rythmes importent, émeuvent, impressionnent. (…)

LIRE LA SUITE