«Laetitia» et «Des rêves sans étoiles», des femmes et des images

Aussi différents que possible, deux documentaires sortent cette semaine qui, chacun à sa manière magnifie ici une femme, là tout un groupe de jeunes filles grâce à l’attention affectueuse et respectueuse avec laquelle elles sont filmées.

La battante

Elles sont deux, celle qu’on voit et celle qu’on ne verra pas. La deuxième, qui est cinéaste, filme la première, championne de boxe thaïlandaise. On ne sait pas ce qui les a amenées à se rencontrer.

On sait, parce qu’on le voit, parce qu’on l’éprouve, que dans cette rencontre naît quelque chose que de très riche et de très touchant.

 

Elle, Laetitia, la boxeuse, est une jeune femme tout à fait charmante, mais qu’on croiserait dans la rue sans qu’elle attire particulièrement l’attention. Elle est pourtant championne du monde d’une discipline violente et exigeante, qui plus est marquée d’un exotisme qui contraste avec sa manière de parler, de bouger, ou cette petite maison dans la campagne d’Île-de-France où elle habite.

Elle a un fils qui va à l’école. Elle a, entrevoit-on, un travail –dans une crêperie. Mais le presque tout de sa vie, pour ce que le film en laisse apparaître, consiste en entraînement incessant, dans la salle de gym, sous la direction impérieuse, affectueusement rugueuse de son coach. De loin en loin, les entraînements sont ponctués de matchs.

Dans la salle de gym, à part elle, il n’y a que des hommes. Et cette femme certainement pas faible, plus qu’avenante, est constamment au contact physique très intense de ces gaillards praticiens de sports de combat parmi les plus brutaux. Il en résulte une étrange chorégraphie, où les gestes et les rythmes, mais aussi les mots, les souffles, les regards jouent un grand rôle.

Singulière, intrigante derrière les grosses masses rouges de ses gants ou dans sa façon de passer d’un univers très quotidien à un monde si particulier, Laetitia (le film ne dit pas son nom de famille) devient un «personnage», sans cesser d’être une personne. (…)

LIRE LA SUITE

2 réflexions au sujet de « «Laetitia» et «Des rêves sans étoiles», des femmes et des images »

  1. Cher Jean-Michel Frodon,

    Je voudrais lire votre article en entier, mais le lien « LIRE LA SUITE » ne semble pas fonctionner, contrairement à d’habitude. Je ne sais si cela vient de mon navigateur ou d’une erreur dans le lien ?

    Amicalement,

    Cécile Carret

    PS : J’en profite pour vous dire, tiens, que grâce à vous (via votre critique sur le film « Petit Paysan »), j’ai découvert et lu Le Règne animal, qui m’a beaucoup (beaucoup) plu. Alors MERCI ! Et aussi, j’étais tellement contente que vous citiez, dans ce même article, le film d’Emmanuel Gras. Je commençais ma lecture et ne pensais qu’à ce film, or vous citiez d’autres films, et je frétillais, me disant qu’il n’était pas possible que vous n’évoquiez pas ce film et surtout que vous n’ayez pas vous-même éprouvé toute son importance et sa beauté et tout, et hop ! voilà bien sûr que vous le nommez et pour lui rendre en plus la plus belle justice. Alors, merci aussi ! De toute façon, quand je vous lis, j’ai souvent envie de vous dire merci, tant je me sens toujours en accord avec votre manière de percevoir et de dire (sauf que vous dites bien mieux, et plus, que je ne le saurais).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s